Peurs en cuisine : 5 astuces pour y mettre fin

« Je suis nulle en cuisine », « La cuisine, ce n’est pas pour moi », « Je cuisine mal », derrière ces croyances que j’entends régulièrement se cachent souvent des peurs.  Identifier ses peurs, c’est une façon de stopper ses fausses croyances et apporter petit à petit du plaisir dans sa cuisine.

Emmanuelle Turquet, auteure du livre  » Dis moi comment tu cuisines, je te dirai qui tu es », nous explique que ces peurs peuvent être vécues de façons différentes :

De façon Assumée : son manque d’appétence est un marqueur de votre identité. Et vous vous portez très bien comme ça.

De façon Coupable : on se sent coupable et on aimerait être différente. Du coup on se force et cela nous coute de l’énergie

De façon Pesante dans son quotidien. On aimerait que la cuisine soit plus naturelle et envie d’améliorer la situation.

La question est de savoir quelles sont ces peurs qui se cachent derrière cette fausse croyance ?

1. La Peur de rater et de se mettre en situation d’échec 

La peur de rater peut être ce qui vous bloque pour vous lancer en cuisine. Vous ne savez pas comment vous y prendre et avant même d’avoir commencé vous tuez dans l’œuf toute envie ? Peut être parce que vous avez eu une mauvaise expérience, vous manquez d’expérience, vous n’avez pas eu de modèle. Ou tout simplement vous n’acceptez pas que ce ne soit pas parfait.

2. La Peur de se comparer

Très souvent les femmes me disent ne pas cuisiner et avoir peur de se lancer car leur conjoint cuisine très bien et ont peur de la comparaison.

3. La Peur d’être jugé / de décevoir

D’autres s’inquiète du jugement du conjoint, elle ne veulent pas décevoir les enfants et entendre dire  » ce n’est pas bon ». Recevoir la famille ou les amis peut aussi être source de stress et on sait combien le regard de l’autre peut inhiber.

4. Le refus de cuisiner par opposition au système familial

Parfois, on peut se convaincre qu’on est nul en cuisine pour ne pas reproduire un schéma familial.  » Ma mère n’aimait pas cuisiner, elle se plaignait tout le temps et je ne veux pas reproduire cela ». Ou alors, « cuisiner avec ma mère était très désagréable car je ne faisais jamais comme elle le voulait » J’en ai gardé une mauvais souvenir, elle n’a pas réussi à me transmettre le goût et cela me décourage de cuisiner.

5. Une peur liée à la prise de poids

La peur de grossir peut vous freiner à cuisiner ou vous limiter dans le choix des recettes : je vais me resservir plusieurs fois, je n’aime cuisiner que des aliments caloriques,..

Alors quelque soit vos peurs et résistances, cela mérite d’être identifié. Les toucher du doigt, permet d’en prendre conscience et de se focaliser non plus sur celles-ci mais sur ce que l’on aime en cuisine et qu’on ne sait peut être pas.

Vous pensez être nulle en cuisine, vous pensez que ce n’est pas pour vous ? Je vous invite à prendre RDV avec moi pour une séance découverte gratuite. Vous repartirez décomplexée, reboostée et pleines d’idées !

Voilà quelques astuces pour vous mettre en route et créer votre propre histoire avec la cuisine.

Astuce 1 : Allez y pas à pas et commencez par ce qui vous plait

L’erreur du débutant qui veut bien faire est de mettre la barre trop haute : ne sortez pas des livres de cuisine en pleine semaine, vous vous lancez dans des recettes avec une liste d’ingrédients longue comme le bras, vous testez de nouveaux modes de cuisson,… Allez-y petit à petit et identifiez ce qui est pour vous confortable.

Une maman me confiait aimer uniquement faire de la pâtisserie. Qu’est ce qui lui plait dans la pâtisserie ? Le fait de malaxer ? Le goût sucré ? Le fait qu’il n’y ait pas de cuisson, peu de vaisselle ? Alors peut être est-ce une piste à explorer. Faire davantage de tartes, cakes salés plutôt que des plats mijotés.  Ou concocter des plats avec une touche sucrée ?

Astuce 2: Choisissez le moment opportun, le cadre idéal pour explorer

Essayer d’identifier à quel moment et occasion vous avez le plus plaisir à cuisiner. Soyez attentif à ce moment précis où vous serez détendue. Ce sera peut être le week-end, le mercredi avec vos enfants, le soir une fois les enfants couchés… Le reste du temps, faites ce que vous connaissez, capitalisez sur ce que vous aimez faire.

Une mère me disait apprécier cuisiner avec sa fille ou pour recevoir des amis. Si créer de beaux souvenirs avec vos enfants et rattraper une mauvaise expérience vécue avec vos propres parents est important pour vous, alors cuisiner davantage en famille, en vous appuyant sur les autres.

Si à l’inverse vous êtes très stressée de rater, mettez à l’écart les personnes qui peuvent vous stresser. Ne vous lancez pas le défi de recevoir des amis.

Astuce 3 : cuisinez seul

Si le regard de l’autre vous dérange alors choisissez de cuisiner pour vous même. Cela peut être pour votre lunch box au bureau ou alors votre déjeuner en solo lors d’une journée de télétravail. Car c’est souvent la peur de l’autre qui inhibe.

Astuce 4 : Soyez à l’écoute de vos sens

Vous êtes sensible à la présentation ? Focalisez votre attention sur la couleur de vos plats, utilisez des supports de présentation différents. Servez vos créations dans des cassolettes, servez le riz comme au restaurant moulé dans une tasse a café ? Pourquoi ne pas utiliser des bouchées à la reine pour présenter un légume qui ne plait pas à vos enfants ? La thématique des couleurs est également très ludique : le repas rouge, le repas vert,…

Pour les olfactifs, jouez avec les épices ?

Astuce 5 : Focalisez-vous sur le positif

Après avoir identifié ce qui vous fait peur, vous l’aurez compris focalisez vous sur le POSITIF , ce que vous aimez, ce qui est important pour vous. Petit à petit vous verrez que le plaisir (re)viendra.

Je retiens ce message d’une de mes anciennes Manager qui m’avait dit :  » focalise-toi et forme toi dans ce qui te plait et ce pour quoi tu es douée. Tu seras beaucoup plus performante. Plutôt que d’essayer de rattraper là où tu as des difficultés. »

Peurs en cuisine : 5 astuces pour y mettre fin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *