Dès l’automne, il colore les étals des primeurs et y apporte sa touche d’exotisme. Fruit du plaqueminier, le kaki se cultive principalement au Japon, en Chine, en Italie, en Espagne, en Israël, en Algérie, en Tunisie et dans le Sud de la France. Vous en voyez de plus en plus mais n’avez probablement pas osé l’acheter. Pourtant il vous aide à diversifier votre alimentation, à une saison durant laquelle il est plus difficile de le faire.  Comment le choisir, comment le consommer ? On ne connaît pas, on n’achète pas. Cela vous parle ?  Alors vous avez la chance d’être bien tombé car pour ma part c’est souvent le contraire !

Si vous saviez mon histoire avec le Kaki ? Je l’ai découvert en Chine à l’occasion d’une balade sur la muraille de Chine. En effet, le nom de la randonnée s’appelait « la balade des kakis » en référence à tous ces plaqueminiers qui poussaient le long de cette portion de la muraille. A l’époque, je vivais en Chine et le kaki très consommé en Asie se consommait partout. Fruit emblématique du Japon, je l’ai vraiment découvert en France sur un marché grâce à un vieux monsieur d’origine algérienne qui me l’a présenté. « Vous savez, on le consomme beaucoup. Vous savez comment le choisir Madame ? ».

Vous souhaitez varier vos repas, tester de nouveaux fruits et légumes, de nouvelles préparations mais n’osez pas ? Alors téléchargez ce kit de survie gratuit et recevez chaque semaine des idées innovantes et astucieuses !

Côté santé

Avant de vous aider à le préparer, savez-vous que le kaki est un fruit idéal à consommer en hiver. Il est riche en Vitamine D et en anti -oxydant , il contient aussi beaucoup de fibres, idéal pour le transit. Tout ce dont on a besoin en hiver et après les fêtes : la nature est bien faite !

Comment le choisir ?

Sur les étals on retrouve plus généralement les kakis astringents consommables uniquement lorsqu’ils sont très murs. Pour connaître le bon moment pour le déguster, il faut avoir l’œil. La couleur du kaki astringent doit être bien rouge, voire même marron. Sa peau, quant à elle, doit être très fine et sa chair très mure. Attention, il peut vite s’abimer.

 Astuce : Pour tenter d’accélérer le processus de maturation, laissez-le quelques jours hors du réfrigérateur ou congelez-le entier puis laissez le décongeler. Sa chair sera parfaite !

Quand au kaki non astringent, il peut se consommer n’importe quand en croquant dedans !

Mode de préparation
  • Soit vous pouvez décalotter le haut du fruit. Vous n’avez plus qu’à sortir une petite cuillère et le consommer sans l’éplucher.
  • Soit vous pouvez l’éplucher et le couper en morceaux
  • S’il est trop dur, vous pouvez le congeler entier  puis le décongeler  et le manger avec une petite cuillière.
Idées recette

Je le prépare sous toutes ces formes : cru, en salade, en carpaccio, cuit avec une viande, au four…

Le plus simplement : je l’aime tout particulièrement coupé en petits cubes arrosé d’un jus de citron. Tout comme la papaye, ce fruit asserz fade à mon gout prend une toute autre tournure avec une touche d’acidité.

En salade de fruits, la mangue très parfumée s’associe très bien au kaki. Quoique les mangues arrivent sur les étals en janvier février quand les kakis s’en vont…

En carpaccio : vous pouvez aussi  l’éplucher puis le trancher finement en carpaccio en partant de la tige vers la base pour laisser apparaître les jolies étoiles au centre. Et le consommer également avec un peu de citron. Il accompagnera parfaitement un carpaccio de saint jacques par ex.

Poêlée avec un peu de sucre et servi avec une glace à la vanille.

Au four rôti, coupé en dés et mélangé à de la patate douce, c’est vraiment délicieux !

Mijoté, dans un tagine pour remplacer des pruneaux par ex.

En vous, comment le consommez vous ?

kaki, comment le choisir et le consommer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *