Hier en apprenant le décès de Pierre Troisgros, cela m’a fait un petit quelque chose. Pourquoi lui plutôt qu’un autre grand chef ? J’ai eu très jeune la chance de découvrir le monde des restaurants étoilés. Le premier, c’était chez Troisgros à Roanne, dans leur ancien établissement proche de la gare. Je m’en souviendrai toute ma vie tellement l’expérience a été incomparable. Tout d’abord, le service impeccable, quoique un peu impressionnant du haut de mes 25 ans. Mais surtout elle sera gustative.

Alors que tout le monde goutait avec attention ces nombreux mets et tentait de trouver un peu de place dans son estomac : gelée de tomate, velouté d’endives aux huitres, caille farcie au foie gras, énorme sucette en chocolat… Je fermais les yeux pour mieux apprécier ce moment si unique et essayé de deviner les saveurs de ce premier amuse-bouche, qui me chatouillait les papilles. « Orala j’ai trouvé ! Ce goût si subtil mêlé à l’acidité des tomates c’est du combava ( un petit citron vert dont on utilise uniquement le zeste, à l’époque si peu connu) ». Je demande au serveur s’il peut me confirmer le secret de cette verrine, il botte en touche. C’est alors que Michel Troisgros en personne me le confirme  » c’est bien du combava ». Un peu surpris tout de même que je connaisse cet agrume.

Et oui, native de l’ile de la Réunion, le combava c’est un peu comme votre gruyère, il y a en a toujours en stock au congélateur, prêt à être râpé ! Dans ma famille, on l’utilise pour réaliser le rougail tomate ( cette petite sauce qui accompagne les carry, sur une viande blanche en sauce, un poisson, un tartare de fruits de mer… Depuis ce jour, un ami gourmet m’a surnommé Madame «  Kombawa » ! Et depuis ce jour, j’ai pris RDV avec moi-même pour continuer à découvrir ces tables de grand chef tant l’expérience est unique. Alors merci !

Pourquoi, je vous parle de cela ? Parce tout comme Pierre Troisgros, à mon tout petit niveau, je suis passionnée et convaincue de l’importance du bien manger. Qu’il y a tant à faire pour aider les familles à se réconcilier avec la cuisine, tant à faire pour éduquer les enfants au goût des bonnes choses.
Comme le dit Alain Ducasse dans son livre « Manger est un acte citoyen », je suis très agacée ‘de noter le recul de la diversité des modèles culinaires dans le monde pour laisser place à l’université des multinationales alimentaires’.

Comme je le prônais déjà il y a 10 ans, lorsque j’ai créé Cuisine mei wenti à Shanghai, ma mission est de démystifier la cuisine française et la rendre accessible au plus grand nombre. Certes, je ne vais pas exactement dans le même sens que les grands chefs car j’ai toujours voulu démocratiser les cours de cuisine tant j’ai été frustrée de la complexité des ateliers auxquels j’ai pu participer.

Pourtant, ceux sont grâce à tous ces Hommes que la France a la chance d’avoir une culture de la gastronomie forte, une culture du bien manger, un soucis de concilier aujourd’hui cuisine et santé. C’est aussi grâce à leur combat qu’un très grand nombre de petits producteurs de qualité tiennent le coup malgré une conjoncture difficile. C’est grâce à eux que nous pourrons lutter contre la malbouffe et l’uniformisation des modes de consommation dans le monde. La gastronomie c’est aussi une façon d’attirer toujours plus de touristes et de soutenir notre économie.

Au délà de ça, La CUISINE c’est pour moi essentiel au sein d’un foyer pour créer du lien, des souvenirs à travers les générations et apporter un peu de plaisir au quotidien. Sans parler de son rôle essentiel pour notre santé.
Voilà pourquoi je suis encore là aujourd’hui. Pourquoi je suis si passionnée et motivée pour accompagner les parents dans leur démarche de cuisiner au quotidien, pour accompagner les enfants dès leur plus jeune âge à découvrir le rythme des saisons, le vrai goût des produits, le plaisir de mettre la main à la pâte et aussi de partager.

J’espère toujours au travers mes accompagnements et mes publications, poser une petite pierre à l’édifice et construire un monde plus sain, plus propre et plus gourmand.

En hommage à M. Troisgros et en ce souvenir si précieux de la gelée de tomate au combava, je vous invite à découvrir ma recette très personnelle du Poulet Combava dans le livre Cuisine mei wenti,

Appétissement votre, Olivia

Hommage à un grand homme… de la part d’un citron vert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *