Cuisine mei wenti - olivia guinebault

Pourquoi ce blog ?

La cuisine et les voyages sont inscrits dans mon ADN : un double héritage que je dois à ma famille. Mes grands-parents originaires d’Algérie, mon père du Maroc, née sur l’île de la Réunion, élevée dans le sud de la France, j’ai partagé les trente premières années de ma vie entre la France, les Etats-Unis, la Chine ( Shanghai), l’Espagne, Paris et encore la Chine (Pékin) .

Autour de chacun de mes périples, que ce soit des voyages ou des séjours longue durée, il y a toujours eu un dénominateur commun : le plaisir des sens et surtout celui du palais. Lorsque je parcours notre beau pays ou des contrés plus lointaines, mon programme est rythmé par les papilles: dénicher de petits troquets authentiques, tester le bouboui du coin, flâner dans les marchés, observer le jeune cuisinier dernière son wok , préparer une tortilla avec la grand-mère de notre Casa rurales, malaxer la semoule avec la cuisinière d’un Ryad,…

Alors vous l’aurez compris, l’essence de ce blog est de partager avec vous mes meilleures adresses, mes recettes d’ici d’ailleurs mais aussi mon quotidien de maman, longtemps expatriée et désormais en France.

Cuisine mei wenti, quesako ?

« Cuisine » est un nom commun universel, compris dans de nombreuses langues. Mais « Mei wenti » ? En chinois, c’est une expression amusante parfois agaçante, présente dans toutes les phrases. Cela signifie «  pas de problème ». Vous l’aurez compris, mon but :  démystifier la cuisine maison et qu’elle devienne pour vous et pour les générations futures un plaisir à la portée de tous.

Qui suis-je ?

Moi c’est Olivia Guinebault. Et Cuisine mei wenti, c’est mon premier bébé né en 2006 à Shanghai lors de ma première expatriation. A l’époque, acheter une bonne baguette dans l’empire du milieu était de l’ordre de l’impossible. Autant vous dire que les ateliers de cuisine ne courraient pas non plus les rues.
En arrivant, mon projet quoique surprenant, a été évidant : former les nounous chinoises et philippines à la cuisine occidentale. Je pourrais presque dire que c’est le projet de ma vie. Une passion, celle de la cuisine mais avant tout celle de former, d’écrire, de voir évoluer sur plusieurs semaines des femmes qui a priori n’auraient jamais eu la chance d’ajouter une corde à leur arc et ainsi se voir trouver du travail plus facilement.

Ma vie est aussi celle d’une femme expatriée qui a du arrêter puis reprendre un projet à plusieurs reprises, l’adapter à de nouveaux contextes, à de nouveaux pays et se réinventer maintes fois. Parfois même faire le deuil de ses ambitions. Heureusement que mon livre bilingue de cuisine française, publié en 2009 en français, anglais et mandarin m’a permis que garder le fil.

En 2014 de retour en Chine, à Pékin cette fois-ci,  afin de trouver une solution pérenne à ce projet, j’ai décidé de créer la version online en mandarin de Cuisine mei wenti en formant à distance les nounous, plus communément connu sous le nom d’Ayi. Un sacré challenge que j’ai réussi à mettre au point. Puis je suis devenue maman.  Aujourd’hui je peux dire que j’ai deux chouettes enfants. Mais les deux dernières années, la fatigue, le déménagement vers la France plus le réajustement à un nouveau pays nous a tous bouleversé. Et Cuisine mei wenti a été encore une fois mis en sommeil. J’ai longtemps pensé à former à distance, mais avec le décalage horaire, pas facile. Puis à former toutes les nounous en France et ailleurs venues de différents horizons puisque la problématique restait la même,… Mais sans grande certitude,…

Mais depuis plusieurs mois, ce projet, cette passion m’animait à nouveau. Et je dirai que c’est à cause ou grâce à ce fichu « Co-renard virus » comme dirait mon fils de deux ans, que Cuisine mei wenti a repris du poil de la bête !

Pourquoi ? Non seulement car je le souhaite profondément. Mais aussi car je ressens autour de moi ce besoin des parents et plus particulièrement des mamans d’être aidées à s’organiser dans leur quotidien. La cuisine contribue fortement à la charge mentale des femmes. Alors je l’espère, du fond du cœur pouvoir vous aider à ma manière et en toute humilité, en partageant des idées, des conseils et aussi beaucoup de gourmandise.

Appétissement votre,

Olivia